Skip to content

Contraction et Inhibition

September 19, 2021

从 2020 年底开始见心理咨询师到现在已有近十个月,准备逐步发上来一些这期间的记录与体会。因为这一段最初是用法语写的,所以尝试用中文简要概括。当我们遇到身体的疼痛,疼痛的区域会变得紧张,长期影响则是肌肉僵硬,活动范围也减小。那么在精神或心理活动中,是否存在类似的现象?当记忆或欲望令我们感到痛苦,是否会切断它与其余节点间的联系,产生一种抑制与固定?……

Quand on ressent une douleur dans le corps, la réaction dans le court terme est parfois de contracter les muscles. À long terme, l’endroit devient plus rigide, et on a une perception motrice réduite sur cette région : il y a moins de possibilités de mouvement, parce que l’on doit faire attention afin que la douleur ne soit pas reproduite.

Pareil pour l’esprit. Quand une idée, ou une image désagréable entre dans la conscience, on essaie souvent de la chasser ou de la nier : « je n’ai rien à faire avec ce genre d’idées », ou « je ne dois pas continuer à penser sur ce point ». Du coup une contraction similaire se produit : au lieu de serrer les muscles, on serre cette image en essayant de couper, d’inhiber ses connexions avec d’autres idées. Ainsi l’image devient isolée, repoussée, et le moi est protégé d’un élément dangereux. On est obligé de prendre l’image à la lettre, et se garder contre toute connexion, production ou transfiguration du sens possible.

On voit les points communs entre ces deux cas : danger, rigidité, gamme de mouvement et de perception réduite. Deux déploiement d’un même mécanisme de défense.

Une alternative serait naturellement de se relâcher, de désactiver le mécanisme figé. Pour le corps, cela voudrait dire se détendre, se permettre d’essayer à nouveau des mouvements interdits, et de se libérer la tension musculaire. Redonner de la liberté au corps.

Pour l’esprit, c’est de ne plus isoler une pensée ou une image, mais d’explorer ses connexions avec d’autres images. De répartir un investissement trop fort sur d’autres chemins, et trouver, même créer de nouvelles issues. C’est aussi de libérer l’énergie psychique : qui était déployé passivement autour de la menace (inhibition qui prend peut-être forme des automatismes ? Des chemins fixes qui seront parcourus chaque fois on entre dans le voisinage de la menace, qui protègent mais aussi limitent. Dans ce cas-là, l’ouverture consiste à désactiver ces automatismes.) Ne plus prendre l’image littéralement, mais essayer de voir ce qu’elle pourrait nous laisser entendre.

  • psy
Next